ARJEL : Lutter contre la corruption dans le domaine sportif

Selon Jean-François Vilotte, il est serait judicieux de tirer des enseignements des récentes révélations d'Europol concernant les centaines de matchs ayant été truqués et évoquant la corruption de plusieurs intervenants du domaine sportif.

Dans le domaine sportif, les affaires de corruption ont toujours existé depuis des dizaines d'années. Toutefois, avec l'arrivé du pari en ligne, les risque deviennent plus élevés.

Ces matchs truqués sont l'œuvre de réseaux criminels organisés et bien structurés. Aussi, la solution au problème ne doit pas seulement provenir d'une seule entité mais doit être le fruit d'un effort international. Il faut plus de coordination entre les autorités locales, les opérateurs et les autorités sportives. Selon le président de l'Arjel, les autorités publiques doivent aussi fournir plus d'effort dans le cadre de la lutte contre ce fléau.

Selon le président, il n'y a aucune limite aux actions de ces réseaux et il n'y a pas de discipline sportive ni de championnat qui est à l'abri de la corruption. En effet, il faut cesser de ne considérer que les enjeux sportifs pour ne pas oublier que ce sont des millions d'euros qui transitent par les bookmakers. Il y a aussi un besoin de renforcer les régulations nationales.

Les autorités de régulation contrôlent les paris pris sur leurs juridictions mais ne peuvent rien faire en ce qui concerne les paris pris sur d'autres territoires. De ce fait, les compétitions sont toujours exposées à des affaires de corruption.

La législation sur les jeux d'argent qui est entrée en vigueur en 2010 fait partie des lois les plus complètes au monde. Pourtant, certains la juge encore inefficace. La France n'a pas encore les outils permettant de trouver les paris anormaux ayant été faits à l'étranger sur des événements se déroulant sur son territoire.

Au niveau des législation, il y aurait encore beaucoup de travail à faire.

joomlajoomla templates 3
2017  Le Blackjack en Ligne